Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

  • Devenez bénévole !

    Association recherche bénévoles, dynamiques, créatifs et souhaitant sauver la planète ! En savoir plus
  • Lancement du site interactif "sentinelles de l'environnement"

  • Les Apéros Nature du Mardi

    Dès le 3 Novembre ! Inscrivez-vous vite ! En savoir plus
  • Université de la Nature 2016

    Première formation dès le 30 mars ! Inscrivez-vous sans attendre ! En savoir plus

 

Mai 2015

La Pyrale du Buis (Cydalima perspectabilis), un papillon originaire d'Asie dont les œufs ont probablement été importés au milieu de plantes, a commencé à envahir l’Europe il y a une dizaine d’années. En l’absence de ses prédateurs naturels, elle est devenue invasive, a pullulé et envahi progressivement la France et atteint le département du Rhône en 2014, s’attaquant d’abord aux buis urbains, puis progressivement à ceux des sous-bois des Monts d’Or.

Cydalima perspectalis Lyon 5 BBMP

La pullulation des chenilles, au début de ce printemps, sur les buis déjà attaqués l’an passé, laisse présager une invasion imminente de l’ensemble des buis du département. La période de vol et de reproduction a commencé. Le premier papillon de l’année a été signalé sur Sainte Foy-lès-Lyon le 19 mai.

Les jardineries proposent des traitements dont l’efficacité toute relative a pu être testée l’an passé. Le système digestif des chenilles est détruit lorsqu’elles absorbent les feuilles de buis sur lesquelles un bacille (Bacillus Thuringiensis) a été pulvérisé. Mais un tel traitement doit se faire à des périodes bien précises difficiles à déterminer — il est trop tard pour la première génération de cette année déjà nymphosée et prête à s’envoler. Et surtout il faut éviter de pulvériser le produit sur d’autres plantes sous peine de détruire tous les animaux qui se nourrissent de leurs feuilles. C’est dire qu’un tel traitement ne doit s’appliquer qu’à des buis isolés et doit être proscrit sur les buis en milieu naturel.

Le traitement au savon noir est assurément plus économique… mais totalement inefficace.

Un arrosage au jet d’eau bien dosé permet, sans défolier excessivement les buis, de déloger les chenilles et de les inciter à aller vers le buis du voisin.

L’usage de pièges à phéromones enfin permet d’attirer des mâles et de les capturer. Le résultat peut paraître spectaculaire mais ne touche en fait qu’une infime partie de la population et ne peut en aucun cas enrayer la prolifération.

Et même si vous sauvez le buis de votre jardin en montant une garde assidue… rien ne pourra empêcher la Pyrale de s’en prendre aux buis sauvages des zones calcaires du département, du Mont d’Or aux Pierres dorées.

Les premières attaques dans l'Est de la France, il y a une dizaine d’années ressemblaient à celles que connaît la région lyonnaise depuis 2014. Or les naturalistes alsaciens semblent constater une stabilisation, voire une régression des attaques. C’est un phénomène régulièrement observé à propos des espèces invasives ; une stabilisation des populations suit une forte pullulation. Probablement, faudra-t-il attendre que la nature répare par elle-même cet équilibre que l’homme a détruit.

 

Bernard Barc

Retour à la page Actualité de la veille.

AGENDA

Mai 2016
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
4
5
6
9
11
12
13
15
16
23
25
26
27
29
30

Newsletter

   Suivre sur Facebook